Les casinos, vont-ils revenir à Cuba?

L'histoire du casino de la Havane
Share on facebook
Partage-moi!
Share on twitter
Tweet-moi!
Share on linkedin
Publier!
Share on email
Courriel!
0 mins
Temps de lecture
Ruiz Guillermo
Ruiz Guillermo

Analyste Casino Indépendant depuis 1995, retraité. Vous avez deviné ma passion!

Les casinos, vont-ils revenir à Cuba?

Les mafieux américains ont investi massivement à La Havane dans les années 1950 et ont construit à Cuba une destination touristique de jeu qui rivalisait avec Las Vegas. L’île, située à environ 145 kilomètres au sud de la Floride, a une tradition profondément ancrée dans le jeu et elle a eu une influence majeure sur l’histoire du casino de La Havane et de la révolution cubaine. L’empire criminel américain s’est solidement implanté dans le pays et il explore en faisant la même chose en République dominicaine et dans des pays d’Amérique du Sud.

Le Las Vegas des Caraïbes

Les activités de la mafia ont débuté à Cuba dès les années 1920, pendant la prohibition américaine de l’alcool. La mafia utilisait Cuba comme une de ses bases pour le trafic de rhum et d’autres produits alcoolisés. Mais c’est lors de la visite de Meyer Lansky en 1933 que les choses ont vraiment commencé à changer à Cuba. La figure du crime, connue sous le nom de « comptable de la mafia », était sur l’île pour rencontrer le chef des forces armées cubaines, Fulgencio Batista, qui allait devenir président du pays.

L’offre? Trois millions de dollars en échange du soutien de ses forces militaires. Batista accepte et devient le chef du pays en 1940. La mafia s’est installée sur l’île et y a fait entrer des hordes d’argents liquides par le biais d’activités illégales aux États-Unis. Le chef du crime Lucky Luciano, qui a restructuré la mafia américaine dans les années 1930, est devenu la cheville ouvrière du syndicat du crime cubain. Il a étendu les activités de la mafia sur l’île, en prenant le contrôle des casinos et en utilisant le pays comme point intermédiaire sur les routes du trafic de drogue vers de nombreux ports américains.

Cependant, l’événement majeur de l’histoire de la mafia sur l’île a été la Conférence de La Havane de 1946, qui s’est tenue à l’Hôtel Nacional de Cuba, une station balnéaire. Une vingtaine de figures du crime américain et italien représentant des familles mafieuses de New York à la Nouvelle-Orléans et de Buffalo à Tampa se sont réunies pour discuter des politiques, des règles et des intérêts commerciaux. Après cette réunion de décembre 1946, le rôle de la mafia à Cuba a explosé. La Havane est devenue le Las Vegas des Caraïbes, avec des jeux de table de casino populaires comme le blackjack, la roulette et le craps.

Des hôtels, des restaurants, des boîtes de nuit, des clubs de golf et des casinos sont apparus à La Havane pour satisfaire les riches et les célèbres en quête de luxe. De nombreuses célébrités comme Ava Gardner et Frank Sinatra sont venues jouer dans le paradis cubain. Tous les hôtels abritaient des casinos comme le Riviera, le Capri et le Havana Hilton. Les dirigeants corrompus de Cuba et la mafia se sont enrichis en détournant les recettes des casinos et en faisant du trafic de drogue.

Castro prend le contrôle de Cuba

Aujourd’hui, les jeux d’argent ne sont pas légalisés à Cuba. Contrairement à d’autres pays, qui possèdent des casinos terrestres d’un bout à l’autre du pays et des sites en ligne de premier ordre, les Cubains doivent entrer dans la clandestinité pour jouer sur quoi que ce soit avec des VPN’s. Le monde du jeu et les jeux de blackjack et de roulette ont changé à Cuba en 1959.

Batista a été renversé le jour de l’an et a fui l’île tandis que le mouvement du « 26 juillet » de Fidel Castro prenait les commandes. Des dizaines de milliers de Cubains ont célébré la fin du régime du dictateur et les partisans de Castro ont rapidement établi leur pouvoir.

Les rebelles ont pris d’assaut La Havane et ont commencé à saccager et à piller un certain nombre de stations balnéaires. Les machines à sous sont détruites et brûlées. L’empire de la mafia est mis en pièces et détruit. Après la révolution cubaine, les casinos de La Havane sont brièvement fermés, mais ils sont rapidement rouverts après les protestations des travailleurs de casino au chômage. Castro a nationalisé l’Hôtel Nacional de Cuba le 20 mars 1960 et a finalement fermé les casinos en octobre 1960, soit près de deux ans après le renversement de Batista.

Il y avait de nombreux établissements de jeu à Cuba avant la révolution. Castro les a tous éliminés et a rendu illégaux tous les types de paris. Il considérait les jeux d’argent et autres « industries du péché » comme un gaspillage criminel des ressources financières de la nation. La loterie nationale du pays a été convertie en Institut national de l’épargne et du logement où les recettes restantes des jeux d’argent d’avant la révolution ont été transférées dans un fonds d’épargne consacré au logement.

Quel est l’état des jeux d’argent à Cuba aujourd’hui?

Il existe une forme de loterie clandestine appelée La Bolita qui, après les combats de coqs, est le jeu illégal le plus populaire de l’île. Les hôtels comme le Nacional et le Riviera, en revanche, sont conservés dans l’état exact où ils se trouvaient dans les années 1950. Tout comme les célèbres vieilles voitures américaines. Mais les machines à sous et les jetons de casino d’antan ont disparu depuis longtemps.

Les casinos ont commencé à se développer à Cuba dans les années 1920, en lien avec la croissance du tourisme. Après plusieurs hauts et bas au cours des trois décennies suivantes, l’industrie des casinos a pris son essor entre le milieu et la fin des années 1950, lorsque Batista et ses acolytes, en collaboration avec des mafiosi américains, ont utilisé les ressources des banques de développement de l’État cubain.

Même les fonds de retraite des syndicats, pour construire des hôtels qui abritaient tous des casinos, comme le Riviera, le Capri et le Havana Hilton (l’actuel Havana Libre). Pour les Américains, les jeux de hasard à Cuba signifiaient les jeux de casino. Au cours de ce processus, les dirigeants cubains et les mafiosi se sont rempli les poches, en détournant les recettes des casinos, en trompant les investisseurs et en faisant du trafic de drogue.

Les Cubains gagnaient leur vie dans les casinos

Cependant, si le monde des casinos de l’île a été amplement couvert par les médias américains, il n’est jamais devenu un sujet central dans les médias de l’île ni dans la conscience cubaine. Hormis les touristes américains, qui étaient les principaux clients des casinos, seul un petit nombre de Cubains. Le code vestimentaire des casinos et les mises minimales exigées empêchaient la plupart des Cubains d’y entrer, même s’il est vrai qu’un nombre relativement faible, mais significatif de Cubains gagnaient leur vie en assurant le service des casinos et des hôtels et boîtes de nuit où ils étaient généralement situés.

Mais l’impact économique des jeux de casino, et même du tourisme, a été largement exagéré aux États-Unis. En 1956, une bonne année pour le tourisme, ce secteur économique a gagné 30 millions de dollars, soit à peine 10% de ce que l’industrie sucrière a gagné cette année-là. Cette performance relativement modeste s’explique en partie par le fait que le tourisme international de masse, facilité par la généralisation des voyages en avion commercial, n’avait pas encore commencé. Dans les années 1950, entre 200 000 et 250 000 touristes visitaient Cuba chaque année, contre un peu plus de 4 millions en 2020, et probablement plus en 2022.

Les casinos de La Havane ont été pillés immédiatement après le renversement du dictateur Fulgencio Batista le 1er janvier 1959. La grande majorité des Cubains voyaient les casinos ainsi que les parcmètres installés dans la capitale quelques mois plus tôt comme des expressions odieuses de la corruption oppressive de Batista et de ses sbires.

Cuba possède une loterie nationale officielle qui existe depuis l’époque coloniale espagnole. Chaque samedi après-midi, un tirage a lieu, parrainé par la Renta de la Lotería, une agence du gouvernement cubain créée à cet effet. La Renta était devenue une source massive de corruption, bien que certaines organisations caritatives légitiment aient obtenu des fonds grâce aux procédures de la loterie.

Même les communistes cubains ont participé à ces recettes lorsque, contrôlant le mouvement syndical pendant leur alliance avec Batista de 1938 à 1944, ils ont construit un nouveau siège syndical, du moins en partie avec l’argent que le gouvernement leur accordait grâce à la loterie nationale.

Les tirages de la loterie

Étaient diffusés à la radio dans un mélange particulier de modernité et de Moyen Âge. Le spectacle hebdomadaire, digne d’un film de Luis Buñuel, voyait les enfants orphelins et abandonnés élevés par les religieuses de la Casa de Beneficencia annoncer les différents numéros de loterie par un chant distinctif, avec une voix, un ton et une cadence caractéristiques. Mais le fait que même les plus petites fractions des billets de la loterie officielle étaient relativement chères a stimuler la croissance d’une loterie informelle et illégale basée sur les résultats de la loterie officielle qui acceptait des mises aussi petites que cinq cents.

Cette loterie illégale, appelée « la bolita« , est devenue un gros commerce et avait ses propres capitalistes, ou « banquiers », dont certains sont devenus célèbres. Les banquiers, cependant, n’auraient pas pu survivre sans leurs nombreux agents dans les barrios. Ils étaient l’équivalent des « numbers runners » aux États-Unis.

Il n’y avait que peut ou pas de liens entre les personnes qui possédaient et dirigeaient les casinos et les banquiers qui géraient la bolita illégale – à l’exception du cas particulier de Martin Fox, le propriétaire de la boîte de nuit et du casino Tropicana, qui avait fait son capital initial en tant que banquier de la bolita, mais qui a laissé ce monde derrière lui lorsqu’il est devenu propriétaire du Tropicana Club à La Havane au début des années 50.

Le point commun entre les banquiers de la bolita et les propriétaires de casinos était qu’ils devaient payer les hauts fonctionnaires du gouvernement et la police. La « bolita » était avant tout une activité de jeu pour les pauvres. Mais pour de nombreux pauvres, et même certains membres de la classe moyenne, la bolita est également devenue un moyen de subvenir à leurs besoins ou de compléter leurs revenus en travaillant comme apuntadores, ou coureurs de chiffres.

Les casinos reviendront-ils à Cuba?

Avant Las Vegas, il y avait La Havane, et si les efforts du président Obama pour dégeler les relations entre les États-Unis et Cuba aboutissent, les joueurs pourraient revenir sur l’île. « Je pense qu’il ne fait aucun doute que tous les dirigeants de casinos des États-Unis et d’ailleurs réfléchit à un plan pour entrer à Cuba », déclare Bob Jarvis, professeur à la Nova Southeastern University et expert des questions de jeu. « C’était le terrain de jeu des États-Unis dans les années 1940 et 1950, et ça pourrait le redevenir. C’est fabuleux. Cela va être énorme, absolument énorme ».

Jarvis et d’autres experts en jeux d’argent notent que c’est Fidel Castro qui a mis fin à une époque romancée qui amenait les visiteurs américains dans 13 casinos cubains. Castro, qui considère les jeux d’argent et autres « industries du péché » comme un gaspillage criminel des ressources financières de la nation, les a abolis en janvier 1959, presque immédiatement après avoir renversé Fulgencio Batista. De nombreux intérêts dans le domaine du jeu ont alors fui vers le Nevada. Même si le gouvernement cubain, dirigé aujourd’hui par le président Miguel Díaz-Canel, approuve les jeux d’argent, les personnes qui suivent l’industrie disent qu’il faudrait environ 10 ans pour que les machines à sous recommencent à tourner, et l’effet sur le sud de la Floride serait compliqué.

Les sociétés de casino de Las Vegas et d’Asie demandent à l’Assemblée législative de Floride d’étendre les jeux d’argent pour les inclure, et la partie de l’accord de la tribu Seminole de Floride avec l’État qui permet à la tribu de proposer le blackjack arrive à expiration. Mais les dirigeants législatifs de l’État n’envisagent pas d’extension. Les casinos de Cuba pourraient être utilisés par l’un ou l’autre des partisans de l’expansion des jeux d’argent en Floride.

Les casinos ne sont pas près de revenir à Cuba!

Il faudrait franchir tellement d’étapes avant que cela ne devienne un objectif réaliste. Il faudrait un gouvernement stable et ouvert, un système de réglementation relativement transparent, beaucoup d’investissements en capital pour l’infrastructure touristique en déclin et en ruine. Beaucoup de choses ont changé depuis que Cuba est une destination de jeux d’argent, notamment le fait que beaucoup d’autres îles proposent des jeux d’argent et que ces derniers sont très répandus aux États-Unis. Mais c’est une île magnifique et le facteur de curiosité est énorme.

Comme pour les complexes hôteliers, les casinos cubains feraient concurrence à ceux du sud de la Floride, déclare Chad Beynon, vice-président et analyste principal pour les jeux et les loisirs chez Macquarie Capital à New York. Mais il ne s’attend pas à ce que Cuba rivalise avec Las Vegas ou Macao. « Ce serait vraiment difficile », dit-il. « Cela ressemblerait davantage à un casino des Caraïbes, où parfois les locaux ne sont même pas autorisés. Dans les Caraïbes, les casinos sont généralement une commodité plutôt qu’un centre de profit. Du point de vue de l’hébergement, ce serait un rêve devenu réalité.

Les relations diplomatiques ont été rétablies et l’ambassade des États-Unis à La Havane et l’ambassade de Cuba à Washington est en cours de réouverture. Les restrictions sur les voyages ont été assouplies, bien que les Américains qui n’ont pas de famille à Cuba doivent toujours faire partie de programmes éducatifs ou similaires pour visiter la nation insulaire. Mais le président Obama a fait tout ce qu’il pouvait de son côté. Il peut être difficile pour les Américains de se rendre en Corée du Nord ou en Iran.

Mais Cuba est le seul pays au monde où les touristes et les bars commerciaux américains sont interdits non pas par une déclaration du département d’État américain, mais par une loi du Congrès. Cuba restera donc interdit jusqu’à ce que le Congrès adopte une autre loi. Malheureusement pour les Américains et les Cubains.

Cuba est une île immense, de loin la plus grande de l’hémisphère occidental au sud du Canada. Avec ses 470 km de long, elle est plus longue que la Floride. C’est aussi la plus peuplée, avec 11 millions d’habitants. Historiquement, elle a toujours été d’une grande importance stratégique. Ce n’est pas une coïncidence si Christophe Colomb a passé autant de temps à naviguer autour de Cuba lors de ses voyages de découverte du Nouveau Monde. Les courants dominants et les alizés forçaient la plupart des navires à s’approcher de l’île.

Cuba a toujours été liée politiquement et économiquement aux États-Unis. À son point le plus proche. Miami est aussi proche de La Havane qu’elle l’est d’Orlando. Avant le développement des voyages aériens, les liens de Cuba étaient principalement avec les États du Sud. Les hôtels des années 50 de Cuba sont toujours debout. Plus importants encore, ses casinos le sont aussi. Bien qu’ils soient maintenant sombres et vides, rien d’autre n’a changé ; même les lustres sont les mêmes. On jurerait entendre le murmure des fantômes des machines à sous et des tables de jeu d’antan, quand on se promène dans le casino Riviera.

La plupart des bars et des boîtes de nuit sont encore ouverts. La plus grande salle de spectacle de toutes, le Tropicana à Cuba, avec sa scène extérieure à plusieurs niveaux, fait salle comble tous les soirs encore en 2022. L’extravagance met en scène des showgirls avec des coiffes à plumes et des danses sexy, ou du moins ce qui aurait été considéré comme sexy en 1959.

La Havane rivalisait avec Las Vegas et Monte Carlo

Pour devenir la capitale mondiale du jeu et du divertissement. Fidel Castro, par l’intermédiaire de son président provisionnaire Manuel Urrutia, trié sur le volet, a fermé les casinos immédiatement après avoir pris le pouvoir le 1er janvier 1959, tout comme il a annulé la loterie nationale. Mais cela a mis des milliers de Cubains au chômage. Ils se sont plaints publiquement, défilant dans les rues en signe de protestation. Les propres conseillers économiques de Castro lui disent que l’économie du pays s’effondrera si les casinos ne sont pas rouverts.

Ils ont raison, mais trop tard. Castro cède et autorise la réouverture des casinos. Mais les touristes, surtout les Américains, sont restés à l’écart en masse. Et l’économie s’est effondrée. Les machines à bingo envahissent l’Amérique latine. Elles sont souvent appelées classe II. Bien entendu, il n’existe pas de classe I ou III, puisque ces catégories ont été créées par l’U.S. Indian Gaming Regulatory Act et ne s’appliquent qu’à celui-ci. Mais c’est un moyen facile de distinguer ces appareils de jeu des véritables machines à sous, du moins pour des raisons de couverture politique.

Les véritables casinos, avec de vraies machines à sous et des jeux de table, sont également courants dans une grande partie de l’Amérique centrale et du Sud. Mais encore plus dans les Caraïbes. Un Cuba libre permettra rapidement la réouverture de casinos, dans des hôtels de qualité conçus pour les touristes, voire réservés à ces derniers.

Pour l’instant, Cuba n’a pas de jeux d’argent légaux. Mais d’autres nations communistes disposent de casinos et de loteries depuis des décennies. Les casinos, en particulier, étaient considérés comme un moyen d’extraire des devises fortes des touristes et de l’économie souterraine. J’ai joué dans un casino en Hongrie lorsqu’elle était encore communiste, avec toutes les transactions en Deutsche Marks (c’était avant l’euro). Les jeux étaient souvent limités aux stations balnéaires et les habitants n’avaient pas le droit de parier, ni même d’entrer.

Et puis, bien sûr, il y a Macao. Les casinos y gagnent plus que tous les casinos privés du Nevada, du New Jersey, du Mississippi et du reste des États-Unis réunis.  Macao, comme Hong Kong, est une région administrative spéciale de la République populaire de Chine. La RPC est toujours techniquement un pays communiste, bien qu’il serait plus exact de la décrire comme marxiste: un capitalisme de libre entreprise généralisé s’épanouissant sous la dictature d’un parti unique totalitaire.

Les bureaucrates qui dirigent Cuba peuvent trouver une solution partielle à la catastrophe économique actuelle du pays et à sa crise politique imminente en regardant vers l’est l’extrême est. Cuba doit s’inspirer de Macao. Les casinos de villégiature créent des emplois et apportent des revenus indispensables. Ils pourraient faciliter la transition de Cuba hors de la stagnation économique créée par le communisme pur, comme ils l’ont fait en Chine.

Bien sûr, Cuba ne compte pas des centaines de millions de résidents de la classe moyenne qui n’ont que peu de possibilités légales de jouer. En fait, la population est si pauvre que c’est l’un des rares pays où les exploitants de casinos ont tout intérêt à interdire l’accès aux locaux. Mais Cuba attire déjà un grand nombre de touristes d’Europe et d’Amérique latine: le tourisme est la première industrie du pays. Le succès spectaculaire des casinos de La Havane dans les années 1950 montre ce que le jeu légal pourrait faire, surtout lorsque les Américains pourront s’y rendre sans restrictions.

Le problème majeur est d’ordre politique. La Révolution a déclenché une haine profondément enfouie des casinos. Les millions de personnes vivant dans la pauvreté n’apprécient pas l’étalage ostentatoire des richesses, dont on sait qu’elles appartiennent à Meyer Lansky et à d’autres leaders du crime organisé américain. Cette antipathie était exacerbée par les machines à sous hors-casino que l’on trouvait partout sur l’île. Il était également de notoriété publique que l’argent de ces appareils de jeu, comme les centavos déposés dans les omniprésents parcmètres, finissait sur les comptes bancaires de Roberto Fernández Miranda, le beau-frère du dictateur Fulgencio Batista.

Représentation du Parrain

Dans le film Le Parrain II, il y a une scène où plusieurs hauts responsables de la mafia se réunissent pour une fête d’anniversaire sur le toit d’un casino de La Havane. On apporte un gâteau qui a la forme du pays de Cuba. Les chefs de la mafia l’entourent et le découpent symboliquement en morceaux.

Expulsé des États-Unis, le mafieux Lucky Luciano, considéré comme le fondateur de la mafia moderne, s’est installé à La Havane et la vie était belle. Luciano dirigeait la mafia comme s’il était un PDG d’entreprise. Cuba leur offrait le meilleur des deux mondes. Ils pouvaient exploiter leur empire criminel et payer un gouvernement corrompu qui était plus qu’heureux de s’accommoder de ces activités en échange d’une partie des recettes. Et surtout, du point de vue de la mafia, elle était libre de toute crainte d’ingérence des forces de l’ordre américaines.

Un lieu de prédilection pour les célébrités

Le centre d’activité créé par la scène havanaise, combinée à sa proximité avec les États-Unis – Cuba n’est qu’à 145 km de la Floride en a fait une destination populaire pour les célébrités américaines. Le président du conseil d’administration a présidé sa part de fêtes dans le hot spot cubain. Frank Sinatra et sa femme Ava Gardner étaient des visiteurs fréquents. Sinatra entretenait une amitié avec Luciano, leurs familles étaient originaires de la même ville sicilienne et cela n’a fait qu’alimenter les rumeurs de longue date sur les liens de Sinatra avec la mafia. Le futur président américain John F. Kennedy, alors sénateur, était connu pour fréquenter la vie nocturne cubaine. Des acteurs tels que Marlon Brando et George Raft étaient d’autres visiteurs réguliers de La Havane.

Les groupes musicaux afro-américains fréquentaient également La Havane parce qu’ils n’étaient pas empêchés de se produire comme ils l’étaient dans de nombreuses villes américaines. Nat King Cole, Eartha Kitt et Dizzy Gillespie figuraient en bonne place dans le calendrier des spectacles du casino.

Alors que les riches et les célébrités appréciaient le style de vie haut de gamme de La Havane, il y avait un fossé économique dans le pays. Des conditions de pauvreté abyssales existent dans de nombreuses zones rurales. Cette division a contribué à alimenter la révolution de Castro. Le 1er janvier 1959, les forces de Castro ont renversé le gouvernement et Batista a été contraint de fuir le pays.

Sites historiques de La Havane pour les visiteurs d’aujourd’hui

Aujourd’hui, ces sites historiques, qui étaient autrefois les points chauds de La Havane, restent des destinations populaires. Dans le bar du hall de l’hôtel Nacional, les visiteurs peuvent admirer les souvenirs exposés par Jake et Meyer Lansky, propriétaires de l’hôtel dans les années 1950. L’hôtel Sevilla-Biltmore, construit en 1908 et rénové en 1923, a été conçu sur le modèle du célèbre Waldorf Astoria de New York. C’était un autre lieu très prisé par les stars d’Hollywood. Les touristes peuvent y dîner et imaginer l’époque où des artistes comme Enrico Caruso et Joséphine Baker se produisaient dans la salle de bal de l’hôtel.

Depuis le salon sur le toit de l’hôtel Sevilla-Biltmore, les touristes peuvent profiter d’une vue spectaculaire à 360 degrés sur La Havane. Le Tropicana Club, qui était à l’époque l’endroit le plus branché de La Havane et où Nat King Cole a enregistré un album live, est toujours là, tout comme l’hôtel Riviera. L’architecture unique de ces splendides structures a été immaculée. Ils rappellent une époque révolue de l’histoire cubaine et valent bien une visite.

Les touristes s’envolent directement vers des stations balnéaires

Cuba a déjà des zones touristiques, où les habitants ne sont pas autorisés à entrer, sauf pour travailler. Les touristes s’envolent directement vers des stations balnéaires de la côte sud de Cuba, juste pour aller à la plage. L’endroit naturel pour le premier casino cubain est, ironiquement, la baie des Cochons. La scène de l’invasion ratée et désastreuse de 1961 est aujourd’hui une station balnéaire florissante, surtout pour les Européens.

Mais il y a un autre endroit, où un casino serait encore plus une déclaration politique positive du gouvernement cubain: la baie de Guantanamo. Elle est isolée de la grande majorité de la population: à plus de 800 km de La Havane, elle est en fait plus proche de Miami. Il y a des plages, un aéroport et l’un des plus grands ports maritimes du monde pour les bateaux de croisière, si les États-Unis autorisent le libre passage un jour.

Cuba pourrait créer une autre zone touristique, avec des jeux d’argent légaux, du côté cubain de la baie de Guantanamo. Les résidents locaux en seraient exclus. Mais les visiteurs de tous les autres pays, y compris les États-Unis, seraient les bienvenus. Le professeur I. Nelson Rose que j’ai eu la chance de rencontrer durant ma carrière, est reconnu comme l’un des principaux experts mondiaux de la législation sur les jeux d’argent, et il est consultant et témoin expert pour les gouvernements et l’industrie.

Plus de 2400 jeux sans téléchargement et inscription
gratuit
Plus de 2400 jeux gratuits sans téléchargement et inscription
Cuba, la révolution du tourisme en 2022!