Stoiximan est une société de jeux grecque

La start-up avait un budget de 800 000 €
Share on facebook
Partage-moi!
Share on twitter
Tweet-moi!
Share on linkedin
Publier!
Share on email
Courriel!
0 mins
Temps de lecture
Ruiz Guillermo
Ruiz Guillermo

Analyste Casino Indépendant depuis 1995, retraité. Vous avez deviné ma passion!

Stoiximan est une société de jeux grecque

À une époque plus moderne, malgré la crise ou peut-être à cause d’elle pour de nombreux parieurs, on estime que les Grecs ont parié plus de 7,5 milliards d’euros sur les jeux de hasard entre 2015 et 2018. Cela représente un peu moins de 2 milliards d’euros par an de recettes brutes de jeux (RBJ) pour les fournisseurs après le versement des jackpots aux heureux gagnants. On estime toutefois que le total des paris placés est plusieurs fois supérieur au GPR « Gestion par résultats », les estimations le situant à près de 20 milliards d’euros pour la seule année 2018.

Les paris placés auprès du géant du monopole de la vente au détail, l’OPAP, s’élèveraient à 8 milliards d’euros en 2018, tandis qu’un autre montant de 7,1 milliards d’euros a été joué sur le marché légal de l’internet. Selon les données compilées par Kathimerini, le marché légal des jeux a connu une croissance considérable en 2018, dépassant pour la première fois le niveau de revenus de 2 milliards d’euros en un an, une grande partie de l’amélioration étant attribuée à l’expansion des jeux de hasard en ligne (plus de 39 % par rapport à 2017).

Le succès d’un champion grec du secteur des jeux

Stoiximan est une société de jeux grecque qui propose des paris sportifs et des jeux de casino en ligne, tout en étant un important commanditaire sportif en Grèce et à Chypre. En 2018, Stoiximan, qui emploient près de 700 personnes en Grèce et à l’étranger, a enregistré un revenu d’environ 200 millions d’euros, dont environ 165 millions d’euros provenant du marché grec. La croissance organique devrait dépasser les 25% en 2023, selon l’entreprise.

Mais en 2013, Stoiximan qui est aujourd’hui le leader incontesté du marché était une start-up grecque autofinancée. Avec une équipe de 20 parieurs passionnés, la société est née au milieu des difficultés économiques de la Grèce, suite à la vision astucieuse du cofondateur et PDG de la société, George Daskalakis, de marier deux des passions de nombreux Grecs, le sport et les paris et de les mettre en ligne. Et c’est un pari personnel qui a certainement porté ses fruits.

Ayant découvert par hasard les paris sportifs alors qu’il étudiait au Royaume-Uni à la fin des années 1990, M. Daskalakis est devenu affilié aux jeux d’argent en 2001 et a été nommé directeur pour la Grèce du géant des paris en ligne BWIN 2002.

Dix ans plus tard, la marque Stoiximan est née. Stoixima signifie « pari » en grec, et en ajoutant un « n », Daskalakis a créé un nom de marque équivalent à Betman en anglais. Et pourtant, lorsque Stoiximan est entré sur le marché grec en 2013, des sociétés comme bet365, Sportingbet, William Hill, Betfair et bwin étaient déjà présentes dans le pays depuis plus de dix ans.

La start-up avait un budget de 800 000 €

« Presque tout le monde était en Grèce, donc c’est devenu une histoire de David contre Goliath parce que l’investissement que nous avions entre les mains était un peu moins d’un million d’euros », a déclaré Daskalakis dans une interview avec le magazine eGaming Review. « Nous n’avons jamais eu recours à des prêts, donc tout le capital de notre histoire était les 800 000 € de l’époque. Je ne pense pas que beaucoup croyaient que nous pouvions le faire parce que nous avions 20 personnes pour concurrencer des entreprises comme bet365. C’était très difficile, mais en tant que start-up, nous avions une grande volonté et une grande détermination », ajoute-t-il.

Stoiximan a utilisé sa volonté et sa détermination pour obtenir l’adhésion des meilleurs fournisseurs du secteur et s’approprier quelques parts de marcher avant d’avoir un véritable impact à l’été 2015. C’était, bien sûr, le pic d’incertitude de la crise financière grecque, lorsque les banques grecques ont été contraintes de fermer pour une durée limitée et que des contrôles de capitaux ont été imposés.

« À cette époque, la concurrence internationale était extrêmement préoccupée, et elle était donc très réservée quant à la prise de risques en Grèce », explique Daskalakis. « C’est une période où nous avons décidé que, malgré l’incertitude, nous allions pousser encore plus fort pour être présents. Nous avons garanti de payer en euros, ce qui semble drôle aujourd’hui, mais à l’époque, le danger de voir la Grèce sortir de la zone euro était bien réel », ajoute-t-il. Et à la fin de 2016, Stoiximan s’est imposé comme le principal opérateur en Grèce.

Et pourtant, les récents changements réglementaires laissent présager une intensification de la concurrence au sein du marché grec des jeux en ligne dans les années à venir. Vers la fin de l’année 2019, une nouvelle ère s’est ouverte pour le secteur suite à l’approbation par le parlement du premier cadre pour les jeux en ligne, dans le but de libéraliser le secteur. L’Europe est actuellement assise sur le plus grand marché des jeux en ligne au monde, qui, selon les analystes, devrait représenter quelque 26 milliards d’euros en 2023 (les paris sportifs représentant environ 40 %).

L’entreprise Stoiximan pulvérise le marché européen

M. Daskalakis considère toutefois ce nouveau défi comme une occasion pour l’entreprise d’exceller et de renforcer son rôle à l’échelle internationale. « Un environnement stable et réglementé permettra au marché de fonctionner de manière plus efficace et ouvre la porte à des améliorations. La réglementation du marché grec va certainement accroître la concurrence, mais c’est une chose à laquelle nous nous attendions et à laquelle nous nous sommes préparés. Cela ne fera que nous obliger à travailler plus dur et à devenir meilleurs, non seulement en Grèce, mais aussi sur nos autres marchés », déclare M. Daskalakis.

Outre son succès et son expansion sur le marché grec, Stoiximan a considérablement accru sa présence à l’étranger ces dernières années sur un certain nombre de marchés en Europe, tout en étant le leader de GameTech sur le marché hellénique. En plus de la marque principale Stoiximan, la société a lancé sa marque internationale Betano, qui l’a aidée à se développer régulièrement à l’étranger, en s’étendant sélectivement à Chypre, en Roumanie, en Allemagne et plus récemment au Portugal.

Si, à l’heure actuelle, plus de 30 % de l’activité de Stoiximan provient de l’étranger, la société a pour objectif de faire passer ce chiffre à plus de 54 % d’ici à 2024. Et si l’on garde à l’esprit l’impressionnante transformation de Stoiximan depuis 2013, cette start-up a pris du marché, les changements que connaîtront les prochaines années sont à deviner.

Plus de 2400 jeux sans téléchargement et inscription
gratuit
Plus de 2400 jeux gratuits sans téléchargement et inscription
JACKPOT $$$$ LE PLUS GROS PAIEMENT DE RIO DREAMS KONAMI